Da’wah : la clé de la spiritualité

Cette clé déverrouille la fitrah de l’individu qui reconnaît que l’Islam nous libère de l’adoration des humains, pour nous mener à l’adoration de Celui qui mérite l’adoration : Dieu Tout-Puissant. Il y a beaucoup de choses que les humains ont tendance à “adorer” ou à devenir “esclaves”. Dans le sens où les humains peuvent donner tout leur temps pour s’intéresser à tel domaine, donner tout leur amour pour aimer tel personne/star ou encore se soumettre totalement à une autorité humaine. Cela peut être soi-même : une personne aime et obéit à son propre ego et à ses désirs les plus profonds. Elle pense avoir toujours raison, ne veut jamais admettre ses torts et veut toujours imposer son opinion aux autres. Dans cette perspective, un tel individu est esclave de lui-même. Allah décrit ceux qui prennent leurs propres désirs comme un dieu :

“Vois-tu celui qui prend sa passion pour sa propre divinité ? Et Allah l’égare sciemment et scelle son ouïe et son cœur et étend un voile sur sa vue. Qui donc peut le guider après Allah ? Ne vous rappelez-vous donc pas ?”(45:23)

Nous pourrions également avoir tendance à “adorer” ou à être “asservis” à la société, à la culture ou aux envies matérielles (c’est-à-dire les possessions, la mode, l’argent). Nous commençons à aimer ces choses plus que tout autre chose, elles deviennent nos centres d’intérêts principaux et nous agissons en fonction de cela : tel est notre asservissement. En fin de compte, chacun est esclave de quelque chose ou de quelqu’un et donc, si nous n’adorons pas Dieu, nous adorons quand même quelque chose d’autre. Cependant, une fois qu’une personne accepte Allah comme Celui qu’elle adore, elle n’est plus esclave de faux maîtres, mais plutôt esclave du Vrai Maître.

Allah donne un exemple profond : “Allah a cité comme parabole un homme appartenant à des associés se querellant à son sujet et un [autre] homme appartenant à un seul homme: sont-ils égaux en exemple ? Louanges à Allah ! Mais la plupart d’entre eux ne savent pas.”(39:29)

Il nous dit essentiellement que si nous ne l’adorons pas, nous finissons par adorer autre chose. Ces choses nous asservissent et elles deviennent nos maîtres. L’analogie coranique nous apprend que sans Dieu, nous avons de nombreux “maîtres” et qu’ils veulent tous quelque chose de nous. Ils sont tous “en désaccord les uns avec les autres”, et nous finissons par nous retrouver dans un état de misère, de confusion et de malheur. Cependant, Dieu, qui connait tout, y compris nous-mêmes, et qui a plus de pitié que quiconque, nous dit qu’il est notre maître, et que ce n’est qu’en l’adorant que nous nous libérerons vraiment des chaînes des choses que nous avons prises pour le remplacer. D’un point de vue existentiel, adorer Allah est une véritable libération.

Pourquoi Allah mérite-t-il d’être adoré ?

Allah est l’Être le plus parfait : “Dieu”, par définition, est Celui qui a droit à notre adoration et tous les actes d’adoration doivent être dirigés vers Lui seul ; c’est un fait nécessaire de Sa propre existence. Le Coran souligne à plusieurs reprises ce fait concernant Allah : “Certes, c’est Moi Allah: point de divinité que Moi. Adore-Moi donc et accomplis la Salat pour te souvenir de Moi.”(20:14) et “Je n’ai créé les djinns et les hommes que pour qu’ils M’adorent.” (51:56) Allah mérite d’être adoré pour ce qu’Il est. Même s’il ne nous donnait rien, il mériterait quand même d’être adoré.

Il possède tous les noms et attributs parfaits au plus haut degré possible. C’est en raison de ces noms et attributs qu’Allah doit être adoré. Toute personne qui est sage, miséricordieuse et bienveillante mérite une sorte de louange. Cependant, Allah qui est Sage, Miséricordieux et Bon, et tout cela au plus haut degré possible, est digne de la forme la plus étendue de louange (c’est-à-dire d’adoration).

Allah est également le seul à avoir droit à nos supplications et à nos prières. Il sait mieux que quiconque ce qui est bon pour nous, et Il veut aussi ce qui est bon pour nous. Il faut prier et demander de l’aide à un Être qui possède de tels attributs. Un point important concernant l’adoration d’Allah est que c’est Son droit, même si nous ne recevions aucun type de confort. Si nous devions vivre une vie pleine de souffrances, il faudrait quand même adorer Allah. L’adoration d’Allah ne dépend pas d’une relation réciproque quelconque ; Il nous donne la vie et nous l’adorons en retour. Il ne fait aucun doute qu’Allah nous accorde de nombreuses bénédictions ; cependant, Il est adoré pour ce qu’Il est et pas nécessairement pour la façon dont Il décide – par Sa sagesse sans limite – de distribuer Sa bonté.

Pour notre propre bénéfice : “Ô hommes ! Adorez votre Seigneur, qui vous a créés vous et ceux qui vous ont précédés. Ainsi atteindriez-vous la piété.” (2:21)

C’est notre but dans la vie et en accord avec notre nature : Le Prophète (paix et bénédictions d’Allah soient sur lui) a dit “chaque nouveau né nait sur la fitrah” (Muslim)

Il a créé et maintient l’univers et tout ce qui s’y trouve : “N’est-ce pas Lui qui commence la création, puis la refait, et qui vous nourrit du ciel et de la terre ? Y-a-t-il donc une divinité avec Allah ? Dis: « Apportez votre preuve, si vous êtes véridiques ! »” (27:64)

Ses faveurs et provisions : “Ô hommes ! Rappelez-vous le bienfait d’Allah sur vous: existe-t-il en dehors d’Allah, un créateur qui du ciel et de la terre vous attribue votre subsistance ? Point de divinité à part Lui ! Comment pouvez-vous vous détourner [de cette vérité] ?” (35:3)

– Si nous nous aimons nous-mêmes, nous devons aimer Allah : Nous voulons tous du plaisir, du bonheur et prolonger notre existence. C’est une forme d’amour de soi. Si nous nous aimons nous-mêmes, nous devons aimer Allah car c’est Lui qui nous soutient, qui nous a créés, qui a créé les causes dans les univers pour atteindre le plaisir et le bonheur. Il est la source de l’amour !

– La gratitude est l’une des plus hautes formes d’adoration : Allah nous accorde d’innombrables faveurs : “Il vous a accordé de tout ce que vous Lui avez demandé. Et si vous comptiez les bienfaits d’Allah, vous ne sauriez les dénombrer. L’homme est vraiment très injuste, très ingrat.” (14:34)

Nous devrions être éternellement reconnaissants envers Allah, car nous ne pourrions jamais le remercier pour ses bénédictions. Par exemple, le cœur humain bat environ 100.000 fois par jour, soit environ 35.000.000 fois par an. Si nous vivions jusqu’à l’âge de 75 ans, le nombre de battements de cœur atteindrait 2 625 000 000. Chaque battement de cœur est précieux pour nous. N’importe lequel d’entre nous sacrifierait une montagne d’or pour s’assurer que son cœur fonctionne correctement afin de le maintenir en vie. Pourtant, nous oublions et renions Celui qui a créé nos cœurs et leur permet de fonctionner. Ce constat nous oblige à conclure que nous devons être reconnaissants envers Allah, et que la gratitude est une forme d’adoration. Il nous a accordé des faveurs que nous ne pouvons pas énumérer, et si nous pouvions les compter, nous devrions le remercier de pouvoir le faire aussi.

IeRA